Retour à la page d'accueil
 
Vous recherchez ?
Version accessible aux mal voyants  
 
Le territoire
Découverte
Vie pratique
Loisirs
Environnement
 
Accès directs
imprimer cette page Envoyer cette page par mail Générer un fill RSS pour cette rubrique

Muncq Nieurlet

A Muncq Nieurlet vous pouvez vous rendre à : l'enfer, au paradis, à la ferme Notre-Dame, à la Californie, à la petite Hollande, au Copernool, à la motte Obin, aux grasses pâtures, au Drioucque, au terres Brame

La chapelle La Californie La mairie

L’enfer, le paradis :
Muncq Nieurlet ayant longtemps été la propriété des moines de Clairmarais, on peut y voir soit une dénomination façon ecclésiastique, soit une qualification des terres d'après leur rapport. Ne dit-on pas chez nous, en parlant d'une terre difficile à travailler, que c'est une terre infernale


La ferme Notre Dame :
La dévotion à Notre-Dame du bois remonte à des temps forts lointains. L'on peut supposer qu'elle fut introduite par les moines de Clairmarais. Elle s’adressait à l'origine, à une statue en marbre de la vierge à l'enfant dressée dans le tronc d'un arbre. A la Révolution, la statue est décapitée d'un coup de sabre par un gendarme de Nordausques. De pieuses personnes en recueillent les morceaux et les font recoller. La Tourmente passée, les pèlerinages reprennent au même endroit. L 'ancienne statue est remplacée par une copie en bois exécutée par un habile artisan recquois, M.Henri Brussard. En 1840 débute la construction de la ferme Notre-Dame. Le proprié¬taire, M. de Noircarme, marque son désir de voir cesser, les pèlerinages sur ses terres. La statue est alors transférée à Recques où elle se trouve toujours .

La Hollande :
Le Hollande 1408 Giry reg. munic. Le Hollandre 1500 D. le Pez, épitaphe Lhollande, vingtième
Les endroits appelés ainsi rappellent souvent des Hollandais qui étaient d’habiles et astucieux commerçants.

Le drioucque : Comme à St Omer Capelle, nous retrouvons le radical "oucque" ou quartier. Le Drioucque n'est autre qu'un "Trois-coins" situé à la bifurcation de deux routes.

Les habitants de MUNCQ-NIEURLET
Dites-moi comment s'appellent les habitants de Muncq-Nieurlet? Cette question-piège me fut un jour posée avec ce corollaire : est-il vrai que ce sont des Moines? En fait mon interlocuteur venait de faire la confusion entre le présent et le passé. Les Monchiniverlais ont été en effet précédés par des moines. Ce sont les cisterciens qui ont donné vie à ce village. Leur présence est conservée dans une foule d'appellations de lieux-dits qui nous remémorent leur établissement, jadis. Mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, cette commune fondée par les moines est restée jusqu'à la fin du XIXe siècle sans église. Cet aspect bizarre n'empêchait toutefois pas la communauté d'exister, au civil. Elle était éparpillée, surtout à sa périphérie. Le centre-village actuel est relativement récent, il est lié à la mise en valeur des marais, à la création de la route reliant Recques à Ruminghem, et évidemment à la construction de l'église.

Si récent soit-il, il est néanmoins un de ces villages les plus connus dans les environs, est toujours pour des aspects liés à la religion. La Ferme Notre Dame domine toute la plaine marécageuse qui formait autrefois le golfe Itius. Un homme a porté très loin la renommée de Muncq-Nieurlet : Monseigneur Joseph Evrard. Cet infatigable apôtre était aussi féru d'histoire. Il m'a fait le grand¬ honneur, de me recevoir à la Maison St Jean où il s’était retiré pour me prodiguer des encouragements sur les recherches que j'entreprenais, me signalant les principales pistes pour commencer. Que cette modeste brochure soit le témoignage de la reconnaissance que je lui porte !
                                                                                                                                            Recques sur Hem, mars 1991 (Gérard Louguet)



Les armoiries

L'histoire du blason de Muncq-Nieurlet est récente puisqu'elle date de 1996. La commune s’est en effet inspirée pour constituer ce blason, adopté le 19 février 1996, d'un écu sculpté aux armes de Dom Joseph Maillart, 51e abbé (1688-1717).
L'épigraphie du Pas¬ de-Calais signale que cet écu a été trouvé sur le pignon d'une ferme ayant appartenu à l'abb¬aye.
Sur ce blason figu¬rent la crosse rappelant évêque de Meaux, Joseph Evrard, né à Muncq-Nieurlet, et un arbre symbolisant les cent hectares de bois lui s'étendent sur le territoire du village.
Les armes sont donc l'azur au sautoir engrêlé d'argent accompagné aux flancs le deux maillets d'ar¬gent, en chef d’une crosse d'or et en pointe l'un arbre du même. Ce blason a été repris pour orner la façade de la salle polyvalente. 



TRANSFERT D'UNE ABBAYE DE MUNCQ-NIEURLET A CLAIRMARAIS
(Extrait de : "Clairmarais : ancien monastère cistercien" H de Laplane.)

Dès 1136, le comte de Flandres, Thierry d'Alsace, donne un terrain marécageux situé au milieu des bois à proximité du château de Rihoult pour y élever une paisible retraite en l'honneur de la Vierge Marie. Cette donation sensiblement augmentée, fut ratifiée en 1176, par Philippe d'Alsace, fils de Thierry.
Mais dans l'intervalle, en 1142, Etienne roi d'Angleterre et la reine Mathilde, mus par la même pensée qui animait le comte et la comtesse de Flandre, avaient également octroyé à la communauté naissante un lieu où elle put s'établir en lui donant : « unam carrucatam terrae »* dans la forêt de Bethlo ou Beauloo, le long de la rivière de Recques, non loin de Nieurlet (Newerlede) appelé depuis MunckNewerled ou Nieurlet les moines. Cependant soit que la nouvelle maison fut déjà commencée sur le territoire attribué par le comte de Flandre, soit que cette dernière position parut plus convenable, Etienne et Mathilde modifièrent peu à peu les conditions expresses de leur donation en laissant aux religieux la faculté de se fixer ailleurs ce qui ne tarda pas à avoir lieu. L'emplacement de Clairmarais fut adopté, le bois y abondait ; en outre il était plus favorablement situé que le couvent des dunes, qui placé sur le littoral parfois inaccessible, n'offrait d’ailleurs que du poisson de mer à la nourriture des moines tandis que Clairmarais présentait le double avantage de fournir également en abondance du poisson d'eau douce.

* Carrucatam terrae, signifie d'après Ducauge, l'étendue de terre qu'une charrue peut cultiver dans le cours d'une année.

Remerciements à Gérard Louguet pour ses recherches et ses textes.




  Haut de page   |   le logo   |   Nous contacter   |   Mentions légales   |   Coordonnées CCRA     
Retour à la page d'accueil