Retour à la page d'accueil
 
Vous recherchez ?
Version accessible aux mal voyants  
 
Le territoire
Découverte
Vie pratique
Loisirs
Environnement
 
Accès directs
imprimer cette page Envoyer cette page par mail Générer un fill RSS pour cette rubrique

les sécheries

Nos cathédrales: les sécheries

  • Les sécheries de chicorée sont caractéristiques de la frange littorale du Nord-Pas-de-Calais. Le secteur de la Région d’Audruicq s’est imposé avec celui de Loon-Plage, après la Première Guerre Mondiale, comme le centre d’activité le plus intense du séchage et de la culture de la chicorée de la Région.
  • Présentes sur 10 communes du territoire de la Communauté de Communes, on dénombre 35 sécheries, appelées encore séchoir ou fabrique. Les communes de Vieille-Eglise, Oye-Plage et Saint-Folquin, concentrent à elles trois 23 séchoirs, soit plus des deux tiers.
  • Le facteur essentiel expliquant la présence de tant de sécheries reste la présence de l’eau. Construites à proximité des watergangs , ces sécheries devaient être approvisionnées facilement en eau pour permettre le lavage des racines. En revanche, celles de Oye Plage sont, majoritairement, alimentés par des puits.
  • Autre facteur primordial, le vent est nécessaire au processus de séchage. L’orientation générale de la sécherie étaient faite en fonction des vents dominants.

  • Un bâtiment conçu pour produire

    Les séchoirs présentent une structure en trois parties.

  • les tourailles
  • le grenier
  • le magasin à cossettes

  • De la pesée des racines aux cossettes

    La marchandise était pesée dès son arrivée au séchoir. Les chariots, pouvant supporter une charge de 10 tonnes, étaient placés à plein et à vide sur une bascule ou balance romaine. Le peseur délivrait un bon de pesée. Pour évaluer la qualité de la livraison et en ajuster le prix, on déterminait la tare , c’est à dire le pourcentage estimé de terre contenue dans le chargement.


    Les ouvriers venus de Belgique

    Le métier était très dur : il fallait retourner à la main les cossettes sur les plateaux. Les Belges travaillaient torse nu et en sabot la chaleur était intense.


    La torréfaction

    La fabrication de la chicorée torréfiée a pour but de caraméliser les sucs contenus dans les cossettes et de présenter sous forme de grains un produit aux valeurs aromatiques, nutritives, bienfaisantes à l’organisme.


    Utilisations de la chicorée

    Dans l’alimentation 
    Elle se consomme pure par ébullition ou infusion avec avec d’autres boissons: lait, café, café au lait.

    Pendant la guerre, la chicorée entrait dans la composition d’apéritif.
    Les racines peuvent être mangées cuites avec des pommes de terre, chaudes ou froides tout comme les « chimettes », de petites feuilles qui poussaient à partir des racines fraîches stockées au séchoir. Elles produisaient de petites repousses comportant des feuilles plus fines que les witloof.



      Haut de page   |   le logo   |   Nous contacter   |   Mentions légales   |   Coordonnées CCRA     
    Retour à la page d'accueil